Ce n'est pas tous les jours qu'un acteur de porno gay figure dans les colonnes du prestigieux New York Times (certes, il s'agit d'une nécro, mais quand même). Jack Wrangler, de son vrai nom John Robert Stillman, est mort mardi dernier à l'âge de 62 ans.

Dans les années 70 et au début des années 80, avec plus de 80 films X – gays et hétéros – à son actif, il est devenu une figure légendaire pour beaucoup d'homosexuels américains (et pas seulement), grâce à son physique et à son look de macho man typiquement US, blond, bronzé, jean moulant et chemise de cowboy). Il a accompagné le mouvement de libération homo: il a été ce qu'on appelle un role model. Al Parker était le brun ténébreux du porno, Jack Wrangler le blond solaire.

Jack Wrangler, ouvertement gay, était pourtant marié à la chanteuse Margaret Whiting. Un amour sincère, qui n'avait rien à voir avec les convenances: en novembre 2008, dans une interview pour Advocate, il confiait: "Je ne suis ni bi ni hétéro. Je suis gay, mais je ne pourrais pas avoir un style de vie gay car j'aime trop la compétition." Avec une femme, il se sentait plus serein.

Jack Wrangler n'a pas fait que du porno, il a aussi écrit et mis en scène des spectacles, dont Dream, sur Broadway, en 1997. En 2008, le réalisateur Jeffrey Schwarz lui avait consacré un documentaire Wrangler: Anatomy of an Icon (voir la bande-annonce ci-dessus).

Et au fait, pourquoi Wrangler? Un jour qu'il cherchait un nom d'acteur porno pour lui-même, il a juste regardé l'étiquette de sa chemise à carreaux. Les grandes histoires démarrent souvement avec des petits riens…

Yannick Barbe

La filmographie de Jack Wrangler sur IMDb.

Ci-dessous, une vidéo de Jack Wrangler qui chante dans un club gay dans les années 80. Notez les looks de l'époque, un pur régal: