Le titre Sale pute et son auteur OrelSan n'ont pas fini de créer la polémique… et viennent de recevoir un soutien inattendu: celui de la chanteuse Anaïs. Dans un communiqué publié par sa maison de disques, l'artiste se dit "très attristée de ce qui se passe autour d'OrelSan en ce moment."

Et d'ajouter: "J'ai l'impression que le talent et la plume de cet artiste sont éclipsés au profit du "sensationnel" (…) J'ai l'impression qu'on a tendance à oublier qu'OrelSan raconte des histoires, avec une réalité crue, mais beaucoup d'humour, et de recul et surtout d'humanité. (…) J'ai vu OrelSan en concert, entendu le morceau Sale pute, et la seule chose que je me suis dit en entendant ce morceau, c'était qu'il me touchait profondément dans la détresse du personnage, j'avais les larmes aux yeux, tout en souriant de son culot." Anaïs cite en comparaison l'une de ses chansons, Christina, qui raconte aussi une histoire de tromperie ("Je verrais bien une ablation/Sans tes couilles tu seras p'tête moins con") et ajoute: "Personne ne m'a jamais reproché tout ce que l'on reproche à OrelSan lorsque j'ai fait ma chanson Christina". Peut-être parce que les paroles des deux chansons ne sont pas tout à fait du même acabit, et qu'Anaïs n'a pas fait de la violence un thème récurrent de son œuvre, alors qu'OrelSan a à son actif au moins trois chansons misogynes et/ou homophobes. Cela fait beaucoup pour quelqu'un dont la carrière ne fait que commencer.

Tout le monde n'est pas du même avis qu'Anaïs, gouvernement en tête. Valérie Létard, secrétaire d'État à la Solidarité, monte une nouvelle fois au créneau et veut saisir la justice afin de faire interdire la diffusion du clip sur le net, l'accès restrictif aux personnes majeures sur les sites de partage ne lui semblant pas "suffisant".

Plusieurs pétitions, émanant notamment de mouvements féministes, circulent sur la toile et demandent la déprogrammation du concert d'OrelSan prévu au Printemps de Bourges le 25 avril (même si le rappeur a annoncé qu'il n'interpréterait pas ce titre sur scène).

Enfin, cité par LePoint.fr, Stéphane Muraire, de la maison de disques d'OrelSan, s'inquiète qu'"Auchan et Carrefour [veuillent] retirer le disque [l'album d'OrelSan où ne figure pas Sale pute] de la vente".

Affaire à suivre?

Yannick Barbe

Sur le même sujet:

Les paroles violentes et misogynes du rappeur OrelSan choquent… Et ses textes homophobes?