Indignation et colère. Les déclarations se multiplient contre les propos du pape qui a estimé hier, dans l'avion qui l'emmenait en Afrique, que le préservatif n'était pas un moyen de lutter contre le sida. Ajoutant même, dans un aveuglement complet: "Cela aggrave le problème".

Le Quai d'Orsay a réagi en exprimant sa "très vive inquiétude". Rappelant les dernières postures du Vatican sur la Shoah et l'avortement, Act Up-Paris écrit: "Après la légitimation du négationnisme et du viol, l'église catholique confirme qu'elle va décidément à l'encontre de la science et du progrès: qu'elle se taise!". La communauté scientifique française et internationale fait entendre sa voix. "Je crois que l'Afrique, qui est si durement touchée, n'avait pas besoin de ce message", a affirmé M. Kazatchkine sur RTL, ajoutant que "des propos négationnistes sont terriblement délétères".

La classe politique a fait part de son indignation, l'ancien Premier ministre Alain Juppé (UMP) a estimé que "ce pape commence à poser un vrai problème", car vivant "dans une situation d'autisme total", tandis que la secrétaire nationale du Parti communiste, Marie-George Buffet, a qualifié ces propos "d'irresponsables" et de "criminels". "Il y en a assez maintenant de ce pape", a lancé Daniel Cohn-Bendit, pour qui les déclarations du souverain pontife relèvent "presque du meurtre prémédité". Bertrand Delanoë a renvoyé le pape au principe de réalité. Dans un communiqué de presse, il écrit: "Dire que l’utilisation de préservatifs "aggrave le problème" du sida, représente malheureusement un propos contraire à la vérité et irresponsable au regard des enjeux humains."

Les associations humanitaires comme Sidaction ou Médecins du monde sont aussi très nombreuses à réagir. Pour la LGP Montpellier, "Benoît XVI aggrave l'épidémie de sida". Le président de l'association Élus locaux contre le sida, Jean-Luc Romero, a déclaré de son côté être "totalement scandalisé et sidéré par les déclarations du Pape", considérant qu'il s'agissait d'"un message de mort adressé aux Africains".

Voulant se démarquer, la ministre du Logement, Christine Boutin, a assuré mercredi, que ce n'est "pas drôle de mettre le préservatif quand on fait l'amour". Et le sida, ça vous fait rire, Madame Boutin?

Christophe Martet