À bord de l'avion qui le conduit en Afrique, Benoît XVI s'est très explicitement déclaré hostile aux préservatifs pour lutter contre le sida. Il aurait même ajouté, selon l'AP:  "Au contraire, cela accroît le problème".

Comme son prédécesseur, Jean-Paul II, le pape se fait le chantre de l'abstinence pour lutter contre l'épidémie en Afrique. Avec les résultats que l'on sait. Le continent le plus touché par le VIH concentre plus de 60% des 33 millions de séropositifs vivant dans le monde. Depuis des années, les associations de lutte contre le sida s'opposent au pape sur cette question.

Au sein même de la hiérarchie catholique, cet aveuglement papal ne passe pas très bien. En 2006, dans une interview à l'hebdomadaire italien L'Espresso qui avait fait grand bruit, le cardinal Carlo Maria Martini, chef de fil des libéraux, avait déclaré que le préservatif, est "dans certaines situations un moindre mal". Il parlait notamment l’exemple des couples mariés où l’un des conjoints est contaminé par le virus du sida et "a l’obligation de protéger son partenaire".

Mais aujourd'hui, le Vatican reste figé dans un discours dont les conséquences désastreuses se vérifient chaque jour. En 2007, le sida a tué 2 millions de personnes. Et 2,7 millions ont été infectées par le VIH.

Christophe Martet