France
Ciné, Opinions & Débats, Semaine Harvey Milk, Société | 02.03.2009 - 10 h 18 | 3 COMMENTAIRES
Semaine « Harvey Milk »/ À quoi sert un centre d’archives LGBT? Le film de Gus van Sant donne une réponse, par Gérard Koskovich
Publié par
Interviews, analyses, reportages… Toute cette semaine, Yagg apporte une série d’éclairages sur Harvey Milk, le film-événement de Gus van Sant, qui sort en salles ce mercredi 4 mars. Gérard Koskovich est membre-fondateur du centre d’archives GLBT Historical Society à San Francisco. Il est l’un des commissaires de la nouvelle exposition visible jusqu’à octobre 2009 à […]

Interviews, analyses, reportages… Toute cette semaine, Yagg apporte une série d’éclairages sur Harvey Milk, le film-événement de Gus van Sant, qui sort en salles ce mercredi 4 mars.

Gérard Koskovich est membre-fondateur du centre d’archives GLBT Historical Society à San Francisco. Il est l’un des commissaires de la nouvelle exposition visible jusqu’à octobre 2009 à Castro. Pour Yagg, il raconte l’apport essentiel du centre d’archives pour le travail de reconstitution fourni par l’équipe du film.

À QUOI SERT UN CENTRE D’ARCHIVES LGBT? « HARVEY MILK », DE GUS VAN SANT, DONNE UNE RÉPONSE, PAR GÉRARD KOSKOVICH
Depuis bientôt 24 ans, la GLBT Historical Society, le musée et centre d’archives LGBT de San Francisco, collectionne les documents et les objets du patrimoine lesbien, gay, bi et trans de la Californie du nord. En tant que bénévole fidèle depuis l’assemblée constitutive en 1985, je connais bien le travail acharné des centaines de personnes qui ont donné à cette association leur temps, leur argent, leurs souvenirs, et surtout leur passion pour l’histoire LGBT.

archives GLBT Historical Society San Francisco
On me demande souvent à quoi servent exactement nos milliers de cartons (photo ci-contre) qui contiennent plus de 450 fonds d’archives d’organismes et de particuliers, ainsi que des dizaines de milliers de photographies, des milliers de périodiques, d’affiches, de t-shirts, de badges. Il y a plusieurs réponses à cette question, dont certaines bien philosophiques. Mais la sortie de Harvey Milk, le nouveau film de Gus van Sant, me donne une occasion formidable de proposer à mes interlocuteurs un exemple spécifique.

En novembre 2007, le chef décorateur du film, Bill Groom, a débarqué dans notre salle de lecture pour nous demander des documents susceptibles de l’aider en recréant l’allure du quartier du Castro durant les années 1970. Il était étonné de découvrir dans nos fonds presque tout ce qu’il lui fallait pour faire son travail. Plus étonnant encore pour le décorateur: le centre d’archives conserve un nombre important d’affaires personnelles de Harvey Milk, dont sa table de cuisine (photo ci-dessous) et certains de ses vêtements.

table Harvey Milk GLBT Historical Society San Francisco

Après cette visite exploratrice, l’équipe du film a passé plus de trois semaines à la GLBT Historical Society. Le chef décorateur a fait scanner des centaines d’images historiques, notamment des photographies de la rue Castro pendant les années 1970. Ses assistants ont également fait des mensurations de la table de cuisine de Harvey Milk, pour en faire une copie conforme. On la voit a plusieurs reprises dans le film: c’est la table à laquelle Harvey Milk s’est assis pour enregistrer son testament.

Parallèlement au travail des décorateurs, le costumier, Danny Glicker, et ses assistants ont mené leurs recherches en regardant des dizaines de clichés de Crawford Barton, un photographe qui a fait des images de très haute qualité artistique qui documentent l’essor de la culture gay à San Francisco de la fin des années 1960 aux années 1980. La GLBT Historical Society possède les archives complètes de l’atelier du photographe (Gus van Sant a d’ailleurs reproduit cinq de ses photos noir et blanc dans le film). Danny Glicker a également étudié de près des reliques précieuses conservées au centre d’archives: le costume, la chemise, la ceinture et les chaussures que Harvey Milk portait au moment de sa mort (photo en début d’article). Ce sont des objets bouleversants, les témoins muets d’un accès de violence homophobe qui a profondément choqué la ville de San Francisco et toute la communauté gay américaine. Le costumier a traité ces vêtements avec un très grand respect, les reconstituant à l’identique pour la scène de l’assassinat dans le film.

Grâce à la GLBT Historical Society, Gus van Sant et l’équipe de Harvey Milk ont ainsi pu recréer de manière très juste les décors, les modes et les autres détails de la vie gay du San Francisco des années 1970. Une partie de la force du film provient précisément de la richesse de son ambiance historique. Sans les fonds conservés aux centre d’archives, le chef décorateur et le costumier auraient été largement dépourvus de la documentation qui a fourni la fondation de leur travail exceptionnel.

La sortie de Harvey Milk offre donc une superbe étude de cas de la valeur d’un centre d’archives LGBT. En même temps, la GLBT Historical Society a su en profité pour mieux valoriser ses collections et pour faire avancer davantage la connaissance de l’histoire LGBT auprès du grand public. Quelques mois avant la sortie du film, une banque américaine nous a offert le bail d’un magasin au carrefour légendaire des rues Castro et 18e. Les locaux permanents du centre d’archives sont dans le centre ville, mais nous avons toujours rêvé d’exposer un choix de nos archives dans le quartier gay.

Nous nous sommes donc hâtés de réunir des commissaires bénévoles et de trouver les 170 000 $ nécessaires pour monter une exposition de qualité professionnelle sur l’histoire de la vie LGBT à San Francisco de 1900 à nos jours. Nous avons réussi à l’inaugurer en novembre dernier, le jour même de l’avant-première du film au Castro Théâtre, à deux pas de notre nouveau musée temporaire, ce qui nous a donné un grand coup d’envoi: plus de 4 000 personnes ont poussé la porte lors du premier mois. Parmi les 200 objets exposés, il y en a un qui marque toujours l’esprit des visiteurs: le costume de Harvey Milk. L’exposition restera ouverte jusqu’à fin octobre 2009.

Texte et photos Gérard Koskovich

Photo costume © Lissa Ivy Tiegel

Le cinéma Le Nouveau Latina à Paris organise une série d’événements autour de la sortie du film (nous y reviendrons sur Yagg). Dont une exposition intitulée « Harvey Milk: l’émergence d’une icône politique » regroupant des photographies rares issues du fonds d’archives de la GLBT Historical Society. De plus, Gérard Koskovich a prêté pour l’occasion des badges, des brochures et des flyers provenant de sa collection personnelle.
Le Nouveau Latina, 20, rue du Temple, 75004 Paris. Plus d’infos sur ici.

Print This Post
 
LES réactions (3)
  • Par Christophe 02 mar 2009 - 12 H 41

    Merci pour cet article passionnant.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Poussin 02 mar 2009 - 15 H 14

    Un pèlerinage s’impose !
    je pars dès demain pour San Francisco !
    ;-)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Comtesse de Flandre 02 mar 2009 - 16 H 40

    tiens, j’organiserais bien mon assassinat !

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.