On ne s'y est jamais véritablement intéressé, mais on se fiche désormais complètement du futur meurtre de Jenny. Le seul suspense qui importe désormais dans cette sixième saison de The L Word est le suivant: quand Tasha et Alice vont-elles enfin coucher avec Jaimiiiiiie? Compte-rendu de l'épisode 6.

Le meilleur: Jenny qui compare les huitres à la sensation d'un homme qui lui jouit dans la bouche. Elle devrait faire de la prévention sida.

Le pire: La très très longue scène de baby shower. Le pauvre Max méritait-il une telle torture? Et celles et ceux devant leur écran?

La tueuse de Jenny du jour: C'est Helena. Jenny, avec sa finesse habituelle, révèle à Dylan le piège/test dont elle a fait l'objet (lire le compte-rendu de l'épisode précédent). Avec son passif, Dylan peut difficilement faire l'effarouchée.  Elle ne s'en prive pourtant pas. Helena se console en passant l'épisode à se saouler, au grand dam de Kit.

Maxpersonne: Son boyfriend Tom l'a laissé tomber comme une vieille chaussette et en a profité, au passage, pour changer son numéro de téléphone. Il vit mal sa grossesse. Et cerise sur le gâteau, Jenny lui a organisé un "baby shower", fête américaine où l'on se réunit autour d'une femme enceinte pour célébrer la naissance du futur enfant, avec une déco kitschissime. Bref, c'est la lose totale pour ce pauvre Max. Bette et Tina n'arrangent pas vraiment la situation en le bombardant de conseils parentaux, d'une poussette-micro ondes-lave-linge et de détails un peu trop graphiques sur l'accouchement. À tel point que Max leur propose d'adopter son enfant. Elles refusent. Par mesure de rétorsion (contre lui-même?), Max se rase la barbe.

Alice-Tasha-Jaimie: La température monte lentement mais sûrement entre les trois jeunes femmes. On en est maintenant à la phase: "Oh, je me retrouve nue sous ton nez sans le faire exprès". Et ça marche! Jaimie prend une douche chez Alice et Tasha, Jaimie change de robe et n'arrive pas à fermer la nouvelle…  Le couple est tout d'abord très émoustillé (cf. la scène de sexe express lorsque Jaimie est sous la douche). Mais progressivement la gêne s'installe et l'on aperçoit quelques pointes de jalousie ici ou là. Cette histoire de ménage à trois commence soudainement à être moins drôle. Rabat-joies!

Jenny-Shane: Jenny continue son cirque. Shane laisse couler, bien contente après tout de récupérer le studio de photo que l'écrivaine-auteure-folle furieuse lui offre. Niki fait un bref retour en grâce auprès de Shane, mais prend ses jambes à son cou à la première indigestion. Il en faut plus pour impressionner Jenny, qui, après avoir bordé Shane, lui promet "toujours être là" pour elle. Et nous met sacrément les jetons en le disant.

Bette-Tina: C'est un sms de Joyce, interprétée par la formidable Jane Lynch, qui résume bien la situation: "Bette et Tina m'ennuient à mourir."  Dans son sms destiné à Phyllis, l'avocate conclue avec un savoureux: "LOL". Pour la faire courte: à cause de problèmes légaux, Bette et Tina envisagent de faire venir la mère de leur futur enfant à Los Angeles, afin qu'elle puisse accoucher en Californie. On se réveille juste un instant grâce à la femme plus butch-tu meurs qui s'occupe de leurs travaux. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, elle ne semble s'intéresser qu'aux hommes et elle le fait savoir. "Oh mon dieu, elle ne sait pas qu'elle est lesbienne", gloussent les "Tibettes".

Bette-Kelli: Tina doit se rendre à New York pour des raisons professionnelles. Kelli passe donc à l'attaque, avec la subtilité d'une showgirl de Las Vegas. Bette n'entend pas se faire avoir une deuxième fois et Kelli se prend ce que la sagesse populaire désigne généralement sous le nom de joli râteau. L'histoire n'est malgré tout pas terminée. De chez elle, Jenny réussit à photographier les deux femmes dans une position semble-t-il compromettante. Devinez donc qui sera la tueuse de Jenny du prochain épisode…

Kit-Sunset: Sunset, la drag-queen hétéro, est un peu longue à la détente. Il comprend tout juste que Helena et Kit ne sont pas ensemble. Kit est libre et il peut donc passer à l'attaque. Il se lance avec cette phrase: "En vous voyant, j'ai pensé que vous étiez l'une des plus belles femmes que j'aie jamais vues. Et je n'aimerais rien tant que la ramener à la maison ce soir et me réveiller avec ses jambes et ses bras autour de moi". C'était, selon la copropriétaire du Hit Club, le plus beau compliment qu'on lui ait fait. Il pensait être romantique, il se reçoit le contenu du verre de Kit à la figure. LOL, comme aurait dit Joyce.

Xavier Héraud