On connaît l'affaire, elle fait la une de la presse people depuis plusieurs semaines. Le 4 février dernier, Loana a été découverte chez elle inconsciente et recouverte d'ecchymoses. S'en sont suivies des déclarations contradictoires de l'ex-star du Loft et un flot de rumeurs qui n'ont cessé de susciter une foule de questions. A-t-elle été victime d'une agression? Était-elle droguée? Sa réputation de fêtarde et son entourage sont-ils en cause? Pourquoi ne se souvient-elle de rien?

Hier dimanche, elle était l'invitée de Sept à huit sur TF1 pour sa première apparition télé depuis l'affaire (voir vidéo ci-dessus). Une drôle d'interview où la jeune femme semble un peu paumée, affichant quelques sourires mais un regard vide. Elle évoque notamment sa consommation de GBL, quelques gouttes pour l'aider à s'endormir le soir, dit-elle avec ce même sourire étrange.

Mais le GBL (gamma-butyrolactone) n'est pas un produit anodin. C'est un produit chimique très puissant, utilisé dans l'industrie notamment comme solvant à peinture. C'est aussi un précurseur du GHB (gamma-hydroxybutyrate), une drogue assez répandue dans le milieu festif gay. Le dosage du GBL est encore plus délicat que celui du GHB, le surdosage, même involontaire, est fréquent, et l'un comme l'autre peuvent provoquer des troubles plus ou moins graves (vomissements, vertiges, difficultés respiratoires, coma…). Dans toute cette affaire, à écouter la principale intéressée, on a presque envie de dire: pourquoi aller chercher plus loin?

Yannick Barbe