Leisha Hailey. Alice, dans The L Word.

La tendance se confirme, cette sixième saison de The L Word devient de mieux en mieux. Le dernier épisode en date, Litmus Test (sorte de test social pour juger quelqu'un) est excellent de bout en bout. Et dire qu'après, il ne reste que trois épisodes… Compte-rendu.

Le meilleur de l'épisode
: Le "crazy Jenny show" utile. Oui, Jenny est pénible, mais lorsque sa pénibilité est mise à contribution intelligemment, ça change complètement la donne. Son "She's so hot! She's so hot! She's so hot I'm having hot flashes" lorsqu'elle se fait passer pour l'agent de Niki est hilarant.

Le pire: La scène d'amour Dylan-Helena. Certes, nous ne sommes pas des animaux. Mais, qui… fait… l'amour… aussi… lentement… ?

———-

Alice-Jenny: La (potentielle) tueuse de Jenny du jour, c'est Alice. Avec une raison imparable: Jenny lui a volé son idée de scénario et l'a vendue pour 500 000 dollars.Pas glop.

Alice-Tasha-Jaimie: Dans l'hilarant "If The L Word were on Facebook" sur AfterEllen.com, Tasha se demande si ça compte comme un plan à trois quand on reste habillées. C'est effectivement toute la question de l'épisode, sous le regard amusé des autres personnages. Voir le regard gourmand de Bette lorsqu'Alice lui parle de "Jaimiiiiiiie".

Jenny-Shane: Jenny fait crise sur crise. Shane résiste comme elle peut. On a du mal à ne pas compatir. Bien sûr, Shane aurait dû savoir dans quoi elle s'embarquait. Mais que celle ou celui qui ne s'est pas lancé dans une relation foireuse en sachant dès le départ que c'était une mauvaise idée lui jette la première pierre. Alors… ? C'est bien ce qu'il me semblait, Shane ne risque pas d'être lapidée. Et puis Angela Robinson, réalisatrice de Debs, filme les disputes tellement bien. Voir notamment celle où Shane part, puis revient, puis repart, etc.

Bette-Tina: Elles dînent avec Elizabeth "Nomi Malone" Berkeley, alias Kelli, alias la "b-i-t-c-h" selon Kit, ainsi qu'un individu hétérosexuel non identifié. Kelli se montre à la hauteur de sa réputation. Elle drague éhontément Bette sous le nez de Tina. Et elle s'en vante, la mauvaise. C'est sans compter que la productrice n'est plus la gentille femme au foyer de la saison 1. La réplique est cinglante et sans appel. Tina-Kelli: 1-0. Le match ne fait certainement que commencer.

Tina-feu son boulot: Le monde est petit. Aaron, le producteur exécutif macho du The Girls, le producteur principal, William, et deux anciennes collaboratrices de Tina s'assoient à une table non loin de celle de Bette et Tina. Cette dernière change alors de couleur. Elle n'était pas invitée à ce dîner et en langage Hollywood ça signifie "Vous êtes virée". Bouleversée, elle quitte la table. Ni une ni deux, Bette se lève et entreprend d'aller faire "ce qui doit être fait". Quelle femme! On reste béat devant tant de butchitude soudaine. Problème: comme Kelli, Bette a juste oublié que Tina est désormais assez forte pour régler ses problèmes elle-même. Aaron le macho l'apprend à ses dépens, après avoir déclaré qu'il était heureux d'en avoir terminé avec les gouines. Pour Tina, le moment est libérateur, pour les spectactrices et spectateurs, il est jouissif. Voir casser de l'homophobe, ça fait toujours plaisir. Même Bette est bluffée, c'est dire.

Droopy Dylan-Helena: Après avoir accepté un rencard arrangé, Helena n'est plus à une mauvaise idée près. Le problème est le suivant: comment s'assurer que Dylan, qui a toujours l'air aussi déprimée, n'est pas en train de la piéger encore une fois? La solution suggérée: demander à Niki de lui proposer un job et de la séduire en même temps. Voir ensuite sa réaction (si elle se laisse faire, c'est une opportuniste, vu qu'Helena est censée être "l'amour de sa vie"). Jenny  joue au faux intermédiaire en se faisant passer pour l'agent de Niki. Et, grâce au talent de la formidable Mia Kirshner, elle excelle dans ce rôle. Le piège est organisé au Hit Club. Toute la scène est retransmise en direct dans la pièce de "sécurité" mise en place par Dawn Denbo, l'ancienne propriétaire du club – qui nous manque, au passage. Toute la troupe n'en manque pas une miette. Dylan résiste à Niki. Helena est soulagée. Elle va retrouver Dylan et rentre avec elle. Ensemble, elles s'embarquent ensuite dans l'une des scènes d'amour les plus lentes de la télévision.

Xavier Héraud