Tous les ans, dans le cadre de la Berlinale, le festival international du film de Berlin, des prix sont décernés à des œuvres et à des artistes LGBT. Ce sont les Teddy Awards. Yagg passe en revue le palmarès 2009, dévoilé samedi dernier lors d'une cérémonie diffusée sur Arte (les meilleurs moments sont à voir ou à revoir ici).

Le Teddy du meilleur film a été décerné à Raging Sun, Raging Sky (photo ci-dessus), du Mexicain Julian Hernandez. Une romance mystique entre deux hommes, plébiscitée par le jury, notamment pour son esthétique visionnaire.

Fig Trees, de John Greyson

Le Teddy du meilleur documentaire est revenu au Canadien John Greyson pour Fig Trees (photo ci-dessus). Le film évoque le combat de deux activistes sida, Tim McCaskell et Zackie Achmat (ce dernier est le fondateur de l'association sud-africaine Treatment Action Campaign), en lutte contre les autorités sud-africaines et les laboratoires pharmaceutiques pour un meilleur accès aux traitements. Fig Trees mélange images d'archives et séquences dignes d'un opéra. John Greyson s'était fait connaître en réalisant en 1993 le formidable Zero Patience, film musical et atypique sur la lutte contre le sida (voir extrait ici).

A Horse Is Not a Metaphor, de Barbara Hammer, a reçu le Teddy du meilleur court métrage. Un film expérimental dans lequel la réalisatrice lesbienne américaine évoque son combat contre un cancer des ovaires. Extrait:


A Horse Is Not A Metaphor from barbara hammer on Vimeo.

Deux Teddy spéciaux ont été décernés à deux acteurs. L'un à John Hurt pour son interprétation de Quentin Crisp dans le film An Englishman In New York de Richard Laxton, l'autre à Joe Dallesandro (héros de la trilogie Heat, Trash, Flesh, de Paul Morrissey) pour l'ensemble de sa carrière… et son statut d'icône gay éternelle!

Enfin, le prix des lecteurs de Siegessäule, le magazine gay allemand, a été remporté par Yun Suh pour son documentaire City of Borders, ou le conflit israelo-palestinien vu du côté des gays et des lesbiennes. Bande-annonce:

Yannick Barbe