À huit heures ce matin, Gilles Bon-Maury a mis à jour son mur sur Facebook avec
cette phrase: "Gilles Bon-Maury souhaite à tous les socialistes un très beau congrès de Reims!" Il va leur en falloir des encouragements, tant la bataille pour le poste de premier secrétaire s’annonce rude et l’issue de ces journées incertaine.

Gilles Bon-Maury, 30 ans, milite au PS depuis 1997 et a rejoint Homosexualités et Socialisme (HES) en 2002, au lendemain de la défaite du PS à la présidentielle. "J’avais ressenti pendant la campagne présidentielle qu’il y avait encore du chemin à faire", explique-t-il dans une récente interview au Mouvement des Jeunes socialistes. "Les socialistes n’étaient pas encore unanimes dans la lutte contre les discriminations qui frappent les lesbiennes, les gays, les bis et les trans."

Même s’il milite pour le droit au mariage et à l’homoparentalité, Gilles Bon-Maury est farouchement opposé à l’idée de communautarisme et ne revendique pas de droits différents pour les homosexuels. Dans son livre Lesbiennes, Gays, Bis, Trans – Aimable clientèle, paru en octobre, il fait une analyse brillante de la campagne présidentielle de 2007. Ou comment la droite a ciblé les homos et les a caressés dans le sens du poil, avant de leur dénier toute ouverture sur de nouveaux droits pour plus d’égalité.

Pendant le congrès du PS, jusqu’à dimanche, Gilles Bon-Maury a accepté de tenir son carnet de bord pour Yagg. Son point de vue est forcément subjectif, mais l’idée est de nous faire vivre les coulisses de ces trois journées historiques, qui vont décider de l’avenir du Parti socialiste. À suivre…

Christophe Martet
Lesbiennes, Gays, Bis, Trans – Aimable clientèle, de Gilles Bon-Maury, Café République, 79 p., 5 €.