"En écho au discours de Barack Obama, ma réaction à son élection a été tranquille. Je souhaitais ardemment sa victoire et j’ai apporté ma contribution à sa campagne, mais je ne m’étais jamais pris à penser qu’il allait gagner. J’ai été très angoissé pendant des mois.

J’ai regardé les résultats tomber hier soir et je ne ressentais presque
rien. Lorsque la victoire est devenue réalité, j’ai commencé à sourire.
J’ai pleuré un peu. J’ai appelé quelques membres de ma famille. Avec
l’homme de ma vie, je suis allé dans un bar, rempli d’inconnus heureux,
et nous avons écouté le magnifique discours d’Obama.

Ma réaction est tranquille, parce que plus que de la joie, je ressens du
soulagement. Cela a été un immense stress que de vivre pendant huit ans
avec un président que je ne respectais pas, dont les actes politiques
ont fait des dégâts dans mon pays, dans le monde, et à la réputation de
mon pays dans le monde.

J’écris pour le théâtre, et ses huit dernières années, mes pièces ont
été jouées dans 37 pays. J’ai été invité dans plusieurs d’entre eux et
j’ai ressenti à chaque fois le besoin de dire aux gens que je n’étais
pas le même genre d’Américain que mon président.

L’idée que les États-Unis ont un président que j’admire et avec qui
j’ai envie de travailler… une personne dont je pense qu’il va faire de
mon pays le genre de citoyen du monde que je veux être… cette idée est
enthousiasmante. Je peux déjà ressentir la différence. Je peux me
permettre d’espérer à nouveau."


Jeff Baron

Jeff Baron est auteur dramatique et scénariste, avec plusieurs pièces à
son actif, dont la plus célèbre, Visites à Mr Green, a été traduite
dans 22 langues et a été jouée sur les scènes du monde entier (en 2002,
à Paris, avec Philippe Clay et Thomas Joussier, dans une mise en scène
de Jean-Luc Tardieu). Son film, The Bruce Diet, a reçu le Cine Golden
Eagle et il vient de terminer son nouveau film, Goodbye.
Plus d’infos sur son site.