"Aucune météorite ou d’autres signes de la colère divine ne se sont abattus sur les États-Unis depuis la victoire électorale de Barack Obama hier. Pas de scénario catastrophe ou d’extase, juste une impression de calme, qui montre peut-être que la raison l’a emporté et que "Gods, Guns, and Gays" (les dieux, les armes, les gays) ne représentent plus une tactique de la peur aussi efficace qu’auparavant.

Est-ce que les États-Unis vont devenir un pays de raison et s’appuyer
sur des faits et non pas des dogmes? J’en doute, mais je pense que nous
allons voir la stratégie des républicains – "diviser et conquérir" – mise
sur la touche pour un moment. Tout le monde a des trous au
porte-monnaie en ce moment et les problèmes sociaux se sont installés
sur le devant de la scène. Je suppose que des gays qui peuvent se marier
n’est pas quelque chose d’aussi effrayant que de voir son emploi délocalisé ou ses
économies de retraite fondre en une nuit… ou le plus choquant, avoir un
homme noir occupé la fonction suprême. Une nouvelle dynamique se
met en place, un autre paradigme qui espérons-le aura le temps de
grandir et qui ne sera pas vu comme une marque de naïveté mais comme
l’idée de regarder le meilleur de nous-mêmes… J’ai entendu dire que
même les talibans voulaient parler à Obama.

J’ai grandi et j’ai vu les émeutes raciales des années 60, je suis allé
au collège dans le Sud avec des enfants qui suivaient des cours dans
des écoles "séparées mais égales", j’ai vécu à Los Angeles il y a
quelques années quand y ont éclaté les émeutes du South Central et je ne
pensais pas que nous pouvions avoir mis fin au spectre du racisme
dans notre culture. L’élection d’Obama a d’un seul coup fait s’écrouler
l’équation raciale en Amérique et d’autres préjudices, espérons-le,
suivront. Clinton fut le premier à ouvrir les portes du gouvernement
aux gays et aux lesbiennes et je pense qu’Obama va se battre pour faire
tomber les barrières qui limitent notre citoyenneté. Ici, à New York,
l’écrasante victoire d’Obama a déjà changé la face de la politique
locale… Surfant sur la vague, les démocrates contrôlent toutes les
assemblées pour la première fois en un siècle. Pour les gays et les
lesbiennes de New York, cela veut dire que le droit au mariage et les lois
d’égalité vont enfin passer et ne pourront plus être
bloqués par un Sénat républicain.

Alors, maintenant, je vais savourer un latte, manger un peu de roquette
et je vais faire la fête avec mes amis préférés… et m’imaginer pendant
un instant que l’Amérique profonde a remisé les flambeaux, les fourches
et les cordes de potence pour quelque temps si ce n’est pour toujours."

Bart Everly

Bart Everly est photographe et réalisateur et il vit à Brooklyn. Son
dernier film, Let’s Get Frank, sur Barney Frank, membre de la Chambre
des représentants et ouvertement gay, parle de sexe, de politique et
de l’affaire Clinton. Il tourne actuellement un nouveau film, Velvet
Vision, sur le cinéaste culte James Bidgood (Pink Narcissus).

Plus d’infos sur son site.