L’événement le plus important depuis que Barack Obama a gagné la présidentielle américaine, c’est la sortie aujourd’hui en DVD de l’Intégrale Jacques Demy.

Du Sabotier du Val de Loire à Trois Places pour le 26, tout Demy (longs
et courts métrages) dans un coffret. Pour pleurer avec Catherine
Deneuve dans Les Parapluies de Cherbourg, écouter les soupirs de
Danielle Darrieux dans Les Demoiselles de Rochefort, partager les rêves
de Jacques Perrin dans Peau d’Âne, chanter avec Anouk Aimée en guépière
dans Lola, suivre Jeanne Moreau blonde platine sur la Baie des Anges,
vibrer avec Dominique Sanda nue sous son manteau de fourrure dans Une
chambre en ville…
Et "des marins, des filles et des bateaux" en
pagaille.

"La traduction en images de son obstination à nous émouvoir, dont on ne
saura peut-être jamais parfaitement à quel jardin secret elle s’est
nourrie, contient l’extraordinaire puissance du 7e art: sa capacité à
nous aider à vivre." C’est ce que j’écrivais dans l’agenda de Têtu en 2001, en ouverture
d’un dossier consacré à Nantes (la ville où il naquit en 1931) et plus particulièrement au tournage de
Lola, quarante ans après la sortie du premier film de Demy. Cette année-là, Agnès Varda, la compagne de Jacques Demy, m’avait annoncé la sortie imminente de
Lola en DVD. C’est maintenant chose faite. Et notre patience va être récompensée, car chaque DVD s’accompagne de nombreux boni.

Pour tout savoir du contenu du coffret (dont la typo ressemble étrangement à celle de Yagg, j’y vois un signe) Intégrale Jacques Demy (mort en 1990), cliquez ici.

Parmi toutes les archives sur Jacques Demy, mes préférées se trouvent sur le site de l’INA. Celles que je vous propose de regarder sont en visionnage libre.

Commençons par un extrait de Dim Dam Dom, de 1966, sur le tournage des
Demoiselles de Rochefort. Tout y est, les coulisses, les répétitions,
les séances maquillage, jusqu’aux remarques bitchy de Catherine Deneuve
et de Françoise Dorléac, sœurs dans la vie et dans le film.

Deuxième archive, une interview de Jacques Demy, réalisée par Pierre Tchernia en
1969, à l’occasion de la sortie de Model Shop. C’est l’occasion pour le cinéaste
d’expliquer la "filiation" entre ses films, puisque Model Shop reprend le personnage de Lola.

Treize ans plus tard enfin, retour sur un tournage de Jacques Demy
avec un extrait de l’impeccable émission Cinéma Cinémas, diffusée en
octobre 1982. La caméra se faufile sur le plateau d’Une chambre en
ville,
l’un des plus sombres et des plus beaux films de Jacques Demy.
L’immense Danielle Darrieux se prête au jeu de l’interview tout en
commençant par dire qu’elle trouve "emmerdant" de répondre à ce genre
de questions. Un régal.

Jacques Demy était un cinéaste de la province, et dans ses films, très peu de scènes se déroulent à Paris. Le Paris de Jacques Demy existe, dans un coin du XIVe arrondissement. Je m’y suis rendu hier, pour faire quelques images sur les lieux qui portent encore la trace de Demy l’enchanteur (voir la vidéo en tête d’article).

Christophe Martet