Judy Wieder est une figure importante de la communauté LGBT aux États-Unis. Celle qui fut la rédactrice en chef de The Advocate, magazine homo de référence, lance un appel vibrant à voter "non" à la Proposition 8 en Californie. Yagg publie son texte.

« SAUVEZ MON MARIAGE! » par Judy Wieder

Amis, proches, bonnes gens,

De ma vie, je n’ai jamais envoyé un tel email, une telle lettre, un tel mot ou un tel fax. Et malgré un titre totalement égocentrique, c’est de la liberté et de l’égalité de tous qu’il s’agit.

Le 4 novembre, nous allons avoir droit à un nouvel épisode de cette âpre bataille à laquelle nous nous livrons en Californie autour du "mariage gay" (expression inexacte, d’ailleurs, comme "droits homos" — il n’y a pas de "droits homos" ou de "mariages gays", il n’y a que des droits égaux et des mariages égaux). Nous avons déjà vécu cette situation en 2000 avec la Proposition 22 de Pete Knight, et nous avions perdu. Grâce au maire de San Francisco Gavin Newsom qui s’est opposé à cette Proposition en mariant des homosexuels en 2004 et grâce, plus récemment, à la décision de la cour suprême de Californie de la juger contraire à la Constitution, Suzanne et moi avons pu nous marier le 24 août dernier.

Je n’avais jamais pensé me marier. Cela n’avait jamais été très important pour moi. Je n’avais jamais pensé que c’était quelque chose pour moi. Je ne m’intéressais qu’à mon droit de me marier. Je le mettais sur le même plan que mon droit de m’engager dans l’armée. J’étais une Peacenik (pacifiste) dans les années 60. Je ne crois pas que la guerre ait d’autre effet que d’empirer les choses. Mais je veux quand même avoir le droit d’être dans l’armée. Je veux tout droit que quiconque d’autre a, sinon je ne suis pas égale. Et si je ne suis pas égale, cela signifie que tous les autres sont aussi sur la brèche. Après tout, ce principe a été établi alors que nous donnions vie à notre pays: "Nous considérons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes sont créés égaux, qu’ils sont dotés de certains droits inaliénables, parmi lesquels la vie, la liberté et la poursuite du bonheur".

Et puisque nous parlons de bonheur, Suzanne et moi avons été stupéfaites de celui que nous avons ressenti après le mariage. J’aimerais pouvoir vous dire pourquoi. Oui, nous nous sommes vraiment senties différentes. Après 20 ans d’amour, de dévouement, d’aventures et de soutien, qu’est-ce qui nous faisait nous sentir comme neuves?

Peut-être le fait d’avoir pris part à ces traditions auxquelles nous avons toujours vu les autres prendre part, avec nos familles et nos amis les plus proches, chez nous, a-t-il été un cadeau inattendu aussi énorme que "le droit" de nous marier. Nous étions bouleversées. Une leçon d’humilité.

Mais à présent la Proposition 8 débarque pour dire que nous ne sommes pas égales et que nous n’avons pas le droit de jouir de ce cadeau si nous le souhaitons. Un "oui" à la Proposition 8 fera du mariage une institution entre un homme et une femme seulement. Les partisans du "oui" prédisent une victoire. Mais si la Californie parvient à rejeter cette proposition, le combat d’autres États pour la légalisation du mariage entre homos en sera simplifié. Cela pourra ensuite faire boule de neige.

S’il vous plaît, mes amis, si vous vivez en Californie, vous DEVEZ VOTER NON À LA PROPOSITION 8.

Mais cela ne suffit pas. Chacun de vous doit connaître cinq ou dix personnes en Californie à qui vous pouvez téléphoner ou envoyer un mail. Elles n’ont peut-être pas été informées de la proposition 8, ou peut-être ne la comprennent-elles pas. En entendre parler par vous peut tout changer. S’IL VOUS PLAÎT, ENTREZ EN CONTACT AVEC TOUS CEUX QUE VOUS POUVEZ ET DEMANDEZ-LEUR DE:

VOTER "NON" À LA PROPOSITION 8.

S’il vous plaît, gardez-nous tous égaux. Battez-vous pour cela partout et à tout moment. Et pendant que vous y êtes, sauvez mon mariage!